LES DELIRES D'HUGO

27 mai 2009

SPACERUN

SPACERUN

Posté par 78 Hugo à 15:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


13 mars 2009

Tu disais

Tu disais

 

Tu disais : « mon cœur est une tour de Babel, tant de souffles y demeurent »

Tu disais encore : « je tiens la vie au creux de ma main et n’ose pas l’attraper »

Et encore : « rien ne vaut le sourire d’une fleur si ce n’est la caresse d’un papillon »

Tu disais, tu disais tant de choses

 

Ton cœur avait le sourire d’une fleur

Et nulle main ne su le saisir pour le garder

Il faut laisser vivre une fleur et sécher ses larmes dans le sillon

Tu disais : « il y a tant de métamorphoses »

 

Tu disais : « mon cœur est une tour rebelle, tant de souffle y vivent et meurent »

Tu disais encore : « je tiens la vie au creux de mes lendemain, qui pourrai bien l’attraper »

Et encore : « rien ne vaut que de rire de ses peurs si ce n’est la caresse des saisons »

Tu disais, tu disais tant et tant de choses…

 

Hugo

Genève

Mars 2009

Posté par 78 Hugo à 23:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

10 mars 2009

J'accuse

J’accuse

 

J’accuse

Le désert dérisoire des désirs assommés

J’accuse

L’étang des instants hésitants, abîmés

J’accuse

Les rives rêvées des rivières enfiévrées

J’accuse

Les sermons semés et les cernes enivrées

J’accuse, j’accuse

Pourtant, j’ouvre mon âme au ciel

A toutes ces ruses

A tous ces espoirs matriciels…

 

Hugo

Genève

Mars 2009

Posté par 78 Hugo à 22:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 mars 2009

On est toujours

On est toujours

 

On est toujours l’indien, un cowboy de bazar

Chien perdu sans collier, sans un os à ronger

Dans ces océans d’amour et ces lits de hasard

Dans ces sables émouvants, dans ces bras à songer

 

On brûle toujours ses ailes à des soupirs, des voix

A des « je t’aime » étales, des plaisirs illusoires

Des sermons de sable qui coulent entre les doigts

Des sermons déraison dans des ciels dérisoires

 

On jure pour toujours sur ses larmes séchées

Que cette fois-ci, c’est la dernière des dernières

La fin de la saison des amours amers arrachées

Aux souffles des passions des déserts de pierres

 

On crache toujours sur ces étoiles crachées

Dans les marais profonds du cœur et de l’âme

Mais on garde le flambeau tel un secret caché

Quand les mots se taisent, on embrasse la flamme

 

Puis on arpente la scène pour sortir côté cour

Quand surgit du jardin une exhalaison diaphane

Une image de hasard qui rend le souffle court

Et attise les passions quand d’autres se fanent

 

Alors, on dit « toujours » quand on  pensait « jamais »

On abandonne le port pour rêver ses envies

Et on oublie ses larmes et le chiendent qui germait

Et on apprend l’espoir, et on s’éprend de la vie…

 

Hugo

Genève

Mars 2009

Posté par 78 Hugo à 14:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 février 2009

Vanité

Vanité

 

Automatisme

De l’écriture et des sens

En forme d’isthme

Entre conscience et inconscience

Entre réalité et songe

Tu es planté là, telle une forteresse inexpugnable

Dans le cancer qui ronge

Le désir inatteignable

 

Erotisme

Du fantasme naissant

Au sein du cataclysme

De l’égo, chiendent turgescent

De la vanité de la condition humaine

Tu es le vain automatisme de la déraison

De l’âme catéchumène

En attente du baptême des saisons

 

Mimétisme

Des chairs en pâmoison

Victimes des automatismes

Des liqueurs et des poisons

De l’océan des désirs profonds

Tu es le vrai point d’égalité pour tous les hommes

A l’extraction noble ou des bas-fonds

Pauvre hères à l’illusion de surhomme…

 

Hugo

Genève

Février 2009

Posté par 78 Hugo à 22:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]



03 février 2009

Léman

Léman

 

Tout près de moi, il y a le Léman

Miroir aux reflets mobiles

Cerné par les lueurs des villes

Au loin, en sentinelle, les géants

 

Corps de rocs couronnés de blancs

Servant de socles aux brumes laiteuses

Du ciel d’hivers aux troupes nuageuses

Géants arborés en bas sur les flancs

 

Léman, aux deux ferventes amantes

Couchées lascivement sur des rives opposées

Elles se rejoignent dans un baiser

Qui ressoude les landes et les multiples sentes

 

Hugo

Genève

Février 2009

Posté par 78 Hugo à 11:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 février 2009

A la recherche de l’inutile

A la recherche de l’inutile

 

A la recherche de l’inutile

Dans les méandres de ma cervelle

J’ai trouvé du nécessaire futile

De la poussière d’ange sans aile

 

J’ai parcouru des traboules et des venelles

Des souks aux souvenirs incertains

Aux regards insolents des belles

Aux senteurs d’iode et de tarte Tatin

 

J’ai frôlé des voiles de moire et de satin

Bu aux fontaines d’or de l’eau fraiche

J’ai croqué dans la nuit jusqu’au matin

Des soupirs, des rires et quelques prêches

 

J’ai griffé de mes ongles des terres sèches

Des souffles de néant et des chairs serviles

J’ai souffert des cimeterres et des flèches

J’ai vu l’univers dans l’espace d’une seule île

 

A la recherche de l’inutile

Dans les méandres de ma cervelle

J’ai trouvé du nécessaire futile

De la poussière d’ange sans aile…

 

Hugo

Genève

Février 2009

Posté par 78 Hugo à 14:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 janvier 2009

Le soleil allait se coucher

Le soleil allait se coucher

 

Le soleil allait se coucher

Que pouvait-il faire d’autre

L’âme s’était crashée

Aux pieds des vains apôtres

 

La vie franchissait le Rubicon

Et s’envolait vers d’autres cimes

Son parcours avait été abscons

Parsemé de Satan et d’Elohim

 

La flamme s’éteint presque éteinte

Le souffle effaçait le discours

Le néant usait de ses dernières feintes

Pour grimer l’appelle au secours

 

Le soleil allait se coucher

Que pouvait-il faire d’autre

L’âme s’était arrachée

Et balançait d’un abîme à l’autre…

 

Hugo

Genève

Janvier 2009

Posté par 78 Hugo à 11:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 janvier 2009

De poussières en déserts

De poussières en déserts

 

De poussières en déserts

De passions en saisons

Envolées dans les airs

Tu oublis ta prison

 

Tu oublis tes prières

Tu caches ta raison

Sous de lourdes paupières

Lourdes de déraison

 

Tu caresses les pierres

Des murs de ta prison

Tu oublis le lierre

Qui s’y accroche sans raison

 

Tu brûle ton âme fière

Aux fantasmes des saisons

Dans l’écume amère

Des chairs de tes passions

 

Et entre deux cœurs raccords

Tu t’agites et rugis

Et tu espères encore

Quand l’amour surgit

 

Hugo

Genève

Janvier 2009

Posté par 78 Hugo à 09:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 décembre 2008

Brighton 4

B5

Posté par 78 Hugo à 14:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]



Fin »