06 mars 2009

On est toujours

On est toujours

 

On est toujours l’indien, un cowboy de bazar

Chien perdu sans collier, sans un os à ronger

Dans ces océans d’amour et ces lits de hasard

Dans ces sables émouvants, dans ces bras à songer

 

On brûle toujours ses ailes à des soupirs, des voix

A des « je t’aime » étales, des plaisirs illusoires

Des sermons de sable qui coulent entre les doigts

Des sermons déraison dans des ciels dérisoires

 

On jure pour toujours sur ses larmes séchées

Que cette fois-ci, c’est la dernière des dernières

La fin de la saison des amours amers arrachées

Aux souffles des passions des déserts de pierres

 

On crache toujours sur ces étoiles crachées

Dans les marais profonds du cœur et de l’âme

Mais on garde le flambeau tel un secret caché

Quand les mots se taisent, on embrasse la flamme

 

Puis on arpente la scène pour sortir côté cour

Quand surgit du jardin une exhalaison diaphane

Une image de hasard qui rend le souffle court

Et attise les passions quand d’autres se fanent

 

Alors, on dit « toujours » quand on  pensait « jamais »

On abandonne le port pour rêver ses envies

Et on oublie ses larmes et le chiendent qui germait

Et on apprend l’espoir, et on s’éprend de la vie…

 

Hugo

Genève

Mars 2009

Posté par 78 Hugo à 14:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur On est toujours

Nouveau commentaire