17 avril 2007

Le rouge de l’hombre

Le rouge de l’hombre

Dans le rouge de l’hombre
Des instants de satin
Dansent des gigues sombres
De mémoires sans teint

Au zénith de la transe
Des astres de sang s’animent
Des rougeoiements denses
Au goût acres des rimes

Des souffles survolant les cimes
S’ébrouent sur le vélin
Dans une nuée de frime
Et de brouillard malin

Le temps s’efface enfin
Dans ces délires dilemmes
Ces virtuels festins
Où l’âme est le théorème

Hugo
Lyon
Avril 2006

Posté par 78 Hugo à 13:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Le rouge de l’hombre

Nouveau commentaire